+ de critères

3 questions à Guillaume Gomez

3 questions à Guillaume Gomez

Régulièrement, le Who’s Who donne la parole à une personnalité. Le principe est simple : 3 questions, 3 réponses.
Quelques mots ou plusieurs lignes, libre à chacun d’y répondre selon son inspiration.

 

Il a commencé comme apprenti au restaurant la Traversière puis commis au restaurant Jacques Le Divellec à Paris avant de poser sa toque à la présidence de la République. Guillaume Gomez entre comme chef de partie cuisine en 1997, devient sous-chef de cuisine en 2004 puis chef de cuisine adjoint aux côté de Bernard Vaussion dont il prend la succession en 2013. En 2014, il a été élu Toque de l'année par l'association Les Toques françaises.
 

 

 

- De quoi êtes-vous le plus fier dans votre carrière ?
Mon titre de Meilleur ouvrier de France en 2004. De la préparation à la remise de la médaille des mains du Président Chirac. C’était une belle aventure humaine. Cela m’a permis de rentrer dans cette grande famille et de rencontrer des chefs qui étaient pour moi des modèles. La remise de la médaille au Palais de l’Elysée par le Président fut aussi une belle fierté pour ma famille et toute la brigade.


 

- Quel(s) autre(s) métier(s) auriez-vous aimé exercer ?
Depuis aussi longtemps que je m’en souvienne, j’ai toujours voulu être cuisinier et je le suis devenu. Ce qui me semblait une évidence était en réalité une chance incroyable quand je vois l’incertitude aujourd’hui des jeunes à s’orienter et choisir un métier.

 

 

- Avez-vous un ou des modèles ? Une personnalité qui vous a inspiré ?
Jeune cuisinier, je partais avec les copains de la brigade à la sortie de certaines cuisines pour apercevoir des grands chefs. A l’époque, c’était le moyen pour pouvoir les côtoyer. Peu étaient médiatisés, il y avait moins de salons professionnels et de concours.
Je  ne pensais pas un jour pouvoir les connaître et devenir amis avec certains comme aujourd’hui. Parmi ceux qui m’ont marqué : Paul Bocuse et Joël Robuchon, de très grands cuisiniers, la technique au service du goût. Quand j’ai démarré en cuisine il y a près de 20 ans, ils étaient forcément nos modèles.
Plus tard, quand j’ai commencé les concours, j’ai rencontré beaucoup de chefs ouverts et enthousiastes à l’idée d’aider la jeunesse. Je n’en citerai qu’un, Michel Roth. Hormis le fait qu’il soit le cuisinier le plus titré, il a toujours su se rendre disponible pour les autres. J’ai eu la chance de le croiser dans ma vie professionnelle et bien au-delà. D’une humilité et générosité incroyables, c’est un très grand technicien et toujours de bon conseil.


 


Biographie liée

Dernières publications dans "3 questions à"



Réactions


Réagir à cet article : (réservé aux membres du Who's Who)



1000 caractères restants